Il y a 30 ans, on pouvait affirmer que les meilleurs vins du monde étaient français. Mais aujourd’hui, la concurrence est devenue acharnée. De plus en plus de pays se disputent férocement sur les marchés mondiaux. Fini les piquettes infâmes. Les producteurs de vins ont su élever les niveaux de qualité de leur vin en innovant parfois jusqu’à l’excellence. La France conserve, malgré tout, son premier rang des pays producteurs de prestige. Les vins français servent toujours de références à ceux du monde entier. Les raisons de cette notoriété particulière réside dans son extraordinaire gamme de vins produits, sa géographie contrastée et sa longue expérience viticole. Pour cette 3ème participation au RDV En France Aussi, je vous propose de découvrir une des principales régions viticoles de France : Bordeaux.

Tourisme Bordeaux et ses vins

Les vins rouges secs de Bordeaux

Qui connaît le vin français évoque la ville de Bordeaux, réputée pour ses vins rouges légendaires. L’essentiel des vins de Bordeaux sont des vins rouges secs. Environ 15% de la production est du blanc sec. Avec 60 appellations, Bordeaux est la région qui produit le plus important volume de vin AOC. Le partage des vignobles bordelais s’effectue selon 2 régions (2 styles de vins différents) séparées par la Garonne et l’Estuaire de la Gironde. Le cépage cabernet-sauvignon domine la rive gauche, alors que la rive droite fait une belle place au merlot. La plupart des vins rouges de Bordeaux est vinifié selon des techniques assez proches et à partir des mêmes cépages. Les variantes et particularités permettent de différencier les vins. Par exemple : si l’assemblage du vin comporte plus de merlot que de cabernet-sauvignon, ce dernier sera plus amples et ronds.

Les principales appellations des vins de Bordeaux

L’ensemble des vignobles de la Gironde a l’AOC Bordeaux. L’AOC Bordeaux supérieur concerne également le département, mais applique des conditions de production plus strictes.
Le découpage s’effectue selon 3 zones :
– Ouest, sur la rive gauche de la Garonne et de la Gironde : AOC Sauternes, Barsac, Cérons, Graves, Pessac-Léognan et Médoc ;
– Est, sur la rive droite de la Dordogne et de la Gironde : AOC Saint-Emilion, Pomerol et Fronsac (formant le Libournais), le Bourgeais et la Blayais ;
– Entre les vallées de la Garonne et de la Dordogne : AOC Entre-deux-Mers et plusieurs AOC confidentielles.
Le Médoc possède également ses propres appellations : AOC Médoc, AOC Haut-Médoc et AOC communales.

Visite chateaux de Bordeaux

Les châteaux du Bordelais et ses vins prestigieux

Le terme château est un concept issu du Bordelais. On pourrait croire qu’une magnifique bâtisse avec des douves et des tours se cache derrière chaque vin portant l’étiquette château. Mais en réalité, rares sont les vins dépendant d’une maison de maître ou d’un château. La mention “ château” désigne simplement un lieu de production dans la région de Bordeaux. C’est un héritage de l’Exposition universelle de 1855 à Paris. Les organisateurs avaient demandé à la chambre de commerce de Bordeaux de créer une classification des vins de Bordeaux, afin qu’ils soient présentés à l’exposition. Les courtiers en vins, à qui fut délégué cette tache, ont sélectionné 61 vins rouges hauts de gamme, classés selon 5 catégories correspondant à des crus, c’est à dire un lieu de production du vins. De nos jours, la classification des crus de 1855, qui a su traverser le temps, est encore synonyme de prestige pour nombre d’amateurs de vin. Parmi les premiers crus de Bordeaux célèbres :
– Château Haut-Brion, Pressac-Léognan ;
– Château Lafite Rothschild, Pauillac ;
– Château Latour, Pauillac ;
– Château Margaux, Margaux ;
– Château Mouton Rothschild, Pauillac

Découverte vin Bordeaux Tourisme

Trouver et déguster un bon vin de Bordeaux

Les vins les plus accessibles – financièrement parlant – ne sont toutefois pas à trouver parmi les grands crus classés. Car il faudra souvent compter plusieurs centaines, voire milliers d’euros pour une seule bouteille. Les crus bourgeois, non présents dans la Classification de 1855, peuvent être achetés à partir de 12 euros. Exemple : Château Monbrison, Château de Pez, Château d’Angludet, Château Lanessan ou encore Château Greysac. Certains peuvent être aussi bons que quelques grands crus classés, qui ne sont pas au meilleur de leur forme. Pour accompagner un repas, les vins de “petits châteaux” sont aussi un bon compromis pour découvrir le vin de Bordeaux. Mais il est difficile de les identifier, car on imagine bien que la mention “petits châteaux” peu valorisante n’est pas apposée sur l’étiquette. On les reconnaît alors à leur prix, entre 6 et 12 euros. L’étiquette indiquant la mention “Mis en bouteille au château” est un gage de qualité. Elle permet de les différencier des vins de négoce, faits de mélange, vendues dans le même ordre de prix, mais sans intérêt gustatif particulier.

EnFranceAussi Vin de Bordeaux Tourisme

Connaître le potentiel de garde des vins de Bordeaux

L’influence de l’océan Atlantique et le climat océanique de Bordeaux donnent, d’une année à l’autre, des millésimes assez différents. Certains millésimes sont médiocres chahutés par un climat chaotique tels 2007, 2011 et 2012. D’autres grandioses comme 2000, 2005, 2009 ou 2010. Les meilleurs millésimes ont un potentiel de vieillissement intéressant de 10 à 30 ans et plus. Mais la grande majorité des crus a une longévité plus courte qu’on ne le pense, de l’ordre de 3 à 5 ans. Il est à noter que les vins rouges de la rive gauche, c’est à dire du Médoc et Graves bénéficie d’un potentiel de vieillissement plus grand que ceux de la rive droite (Saint-Emilion et Pomerol).

#EnFranceAussi

Cet article participe au rendez-vous mensuel « En France aussi » de Voyage Féminin, La Terre sur son 31 et Le coin des voyageurs, dont le thème est ce mois-ci « Vins, vignes et vignobles ».

Categories: Blog

10 Responses so far.

  1. Malicyel dit :

    J’ai découvert aussi pas mal de vins à Bordeaux et j’avais beaucoup aimé !

  2. Sylvie dit :

    Même si la concurrence avec d’autres pays est acharnée, le vin français bénéficie encore d’une belle aura ! Moi, j’aime bien la concurrence, car elle permet aussi de s’améliorer encore. Et le Bordeaux peut certainement encore le faire.

  3. Sév dit :

    Je n’y connais pas grand chose en vins bordelais, mais c’est sûr qu’il y a du lourd ! 🙂

  4. Merci pour cet article bien instructif et qui m’éclaire sur les vins bordelais (j’avoue, nous buvons plus de bourgogne à la maison 😉 )

  5. fedora dit :

    On se couchera moins bête ce soir ^^ je n’y connais décidément rien en vins !!

  6. Merci de ton passage sur le blog Sylvie. Disons que les vins de Bordeaux ont inventé le marketing du vin avec les classements, étiquettes et châteaux.

  7. Et pourtant, Paul, il n’y a pas eu d’entente !! Mais il n’est pas étonnant qu’on est choisi tous les 2, cette région si riche pour parler des vins 😉
    Je ne connais pas trop les vins du Languedoc, sauf le Saint-Chinian rosé, l’été.

  8. SYLVIE dit :

    Heu… Je dois bien avouer que là je suis un peu larguée, car ça semble tellement précis tout ça. De ces vins de bordeaux je ne connais principalement que les délicieux paysages traversés en voiture, car pour le reste je ne suis pas une grande connaisseuse. Peut-être que maintenant je vais regarder les bouteilles d’une façon différente…

  9. Paul dit :

    A croire que vous vous êtes consulté avec Christophe ! Très complémentaire en effet ! Je me rends compte en lisant ce billet que je n’y connais rien en vins de Bordeaux ! En Languedoc on est visiblement très chauvin, je ne bois que des vins de chez moi, et d’Alsace aussi ! 🙂

  10. Effectivement ton article est complémentaire au mien où je n’ai traité que les vins du Médoc, une belle région où nous étions allés en séjour en Septembre dernier …

    Il faut bien reconnaître qu’il y a de très bons vins dans la région de Bordeaux 😉

Leave a Reply


CommentLuv badge