Le RDV En France Aussi aborde, ce mois-ci, le tourisme et le sport. Wow… deux passions en un seul thème ! Il y a mille et une façons d’aborder ces loisirs qui sont miens. Pourquoi pas sous l’angle du tourisme lié aux manifestations sportives ou encore celui du sport durant un séjour touristique. Il m’est arrivé d’assister à des événements sportifs de grande envergure en France comme le Festival International des Sports Extrêmes à Palavas les Flots ou une étape de la coupe du monde surf à Hossegor. Mais plutôt que de vous en parler, j’ai choisi pour cette nouvelle participation, de présenter une sélection de 3 sports (dont 2 pas très courants) que je pratique régulièrement dans l’année, en balade à coté de chez moi, comme en vadrouille, ailleurs en France.

VTT : pour des balades à la campagne et en basses montagnes toute l’année

A 15 km de Lyon, les possibilités de balades en VTT sont nombreuses dans des environnements mélangeant campagnes et basses montagnes. Mon terrain de jeu préféré : les Monts du Lyonnais, situés dans le Rhône, à l’ouest de la métropole de Lyon, dans les contreforts du Massif Central. Passage obligé : la Chapelle Saint Vincent à Saint Laurent d’Agny, un ancien lieu de culte primitif, du XIème siècle, dédiée au patron des vignerons. J’y parviens généralement après une quinzaine de kilomètre dans les chemins coupant champs et bois. En hauteur, la vue depuis la chapelle permet d’observer plusieurs communes de Lyon avec, en toile de fond, la chaîne des Alpes quand le ciel est dégagé. Le dénivelé (d’environ 500 mètres selon la balade) permet de travailler cuisses et mollets !

Tourisme VTT Lyon

VTT Tourisme en France

Snowskate : pour la randonnée et la glisse l’hiver

Le snowskate est un sport encore assez confidentiel en France, contrairement au Canada où il serait plus populaire. Il s’agit d’une une sorte de skateboard sur la neige. Le snowskate se pratique sur des pentes assez faibles et sur la neige damnée. Il peut s’avérer casse-figure sur une neige verglacée. Sur les pistes, l’autorisation est incertaine. Dans certaines stations de sports d’hiver, le snowskate est interdit. Dans d’autres, à défaut de consignes claires, son usage est toléré. Toutefois, je déconseille de l’utiliser sur les pistes. Surtout lorsqu’on débute. Le snowskate n’ayant pas d’attache aux pieds (contrairement à un snowboard), une chute a pour effet de faire partir la planche dans une direction aléatoire (ce qui peut être dangereux pour les skieurs). Mon conseil pour ceux qui souhaite essayer : choisir un snowskate avec un leach (c’est à dire une ficelle) qui jouera le rôle d’un cordon ombilical entre la planche et vous. Mon terrain de jeu favori reste de le prendre en rando (généralement le long ou sur des pistes de skieurs de fond). A pied (ou en raquette) dans les montées, sur la planche (qui se porte facilement avec un sac à dos) pour les plats et bien sûr les descentes. Pour en savoir plus sur le snowskate : cliquez-ici.

Skimboard station en France

Snowskate comment faire

Skimboard : pour les sensations du surf à la mer comme à l’océan

En voiture, on cherchera à limiter sa vitesse sur route mouillée afin d’éviter dérapage et aquaplanning. En skimboard, on essaiera de courir le plus vite possible, en bord de mer, avant de se jeter sur une large planche, dans le but recherché de partir en aquaplanning. En lançant la planche sur une étendue de sable plate recouverte d’une fine pellicule d’eau (par exemple, une plage à marée basse), le mouvement de la planche entraîne avec elle une « couche » d’eau. C’est dernière s’accumule en sur-pression par dessous et cela a pour effet de porter la planche et le skimboardeur, comme un véhicule à coussin d’air (sauf que là, c’est un coussin d’eau). Pour débuter, la pratique du “flat” est accessible : elle consiste à lancer son skimboard devant soi, le long d’une plage lorsque les vagues se rétire laissant une mince pellicule, puis à sauter dessus en courant. Cette pratique du skimboard est néanmoins très fatiguante, car il s’agit de courir vite dans un sable mouillé pour 15 ou 20 secondes de glisse. Pour les plus entraînés, la pratique du skimboard à vague est plus technique et marrante. Il s’agit de lancer sa planche de skimboard, en pleine course, juste devant soi, face à la mer. L’objectif est de fendre la vague, le plus loin possible du rivage, en réalisant des figures proches à celles du surf. Mais si la vitesse est trop faible la planche risque de couler immédiatement car sa flottabilité est insuffisante pour porter un homme. Les chutes sont nombreuses. Autre danger : si le timing n’est pas bon, la vague peut aller percuter la planche en bois ou en matière composite et la projeter sur les tibias du pratiquant (gare aux bleus).

Skimboard océan

Skimboard comment faire

#EnFranceAussi

Cet article participe au rendez-vous mensuel « En France aussi » de Voyage Féminin, La Terre sur son 31 et Le coin des voyageurs, dont le thème est ce mois-ci « Sport et tourisme ».

Categories: Blog

8 Responses so far.

  1. Malicyel dit :

    Après avoir pas mal skié, j’ai eu plusieurs fois envie de tenter le snow mais en général je ne suis pas très douée (jamais sû apprendre le skate !! ^^)

  2. Nath' dit :

    Sympas ces 2 sports dont je n’avais pas du tout entendu parler ! Par contre pas sûre d’être douée pour ce type de sport !

  3. Je vois que tu es amateur de sport de glisse … ce n’est pas trop mon truc, je serais plutôt pour le VTT, mais j’aime bien toutefois regarder d’autres personnes pratiquer cela 😉

  4. @Sylvie : C’est sûr que si tu n’aimes pas la glisse, le skimboard et le snowskate ne sont pas fait pour toi 😉
    Tu préfères le plancher des vaches et la rando, n’est-ce-pas ?

  5. @Florence :
    Je pratique aussi le morey (bodyboard).
    Il y a souvent, en bord de mer (ou d’océan) des vendeurs de morey et de skimboard pour enfant / ado.
    Le skimboard reste cependant plus technique (et plus dangereux en raison du risque de chute) que le bodyboard.

  6. SYLVIE dit :

    Je ne connaissais pas du tout ces 2 sports dont tu parles. Pour moi qui suis une grande trouillarde et qui n’aime pas du tout les sensations de glisse, ça ne convient pas, mais merci tout de même pour cette découverte qui va sans doute réjouir le plus grand nombre !

  7. Oh, excellent !
    Merci de m’avoir fait découvrir ces deux sports !
    Je ne savais pas qu’ils existaient.
    Le dernier rejoint un peu les tentatives de mes fils pour utiliser leur moret en bord de plage.

  8. Sév dit :

    Pas pour moi 😀 Mais les trois sports que tu nous présentes sont rafraichissants, surtout les deux derniers !

Leave a Reply


CommentLuv badge