On dit de Paris qu’elle est La Ville Lumière. Cette appellation est discutable et cela fait de l’ombre à Lyon, l’unique Ville Lumière (soyons un peu chauvin). Car Lyon a toujours rayonné ! En 1895, les frères Louis et Auguste Lumière ont mis au point, à Lyon, le cinématographe, ancêtre de la caméra. Mais par dessus tout, ce qui a donné le surnom de Ville des Lumières à Lyon, c’est sa Fête des Lumières. Aujourd’hui, elle attire 4 millions de touristes, venus assister à la manifestation artistique mondialement connue. Mais faut-il rappeler que la Fête des Lumières est, à la base, un événement traditionnel Lyonnais dédié à la vierge Marie.

5 choses à savoir sur la Fête des Lumières Lyon

Photo personnelle de l’édition 2007, faute d’avoir assisté encore à l’édition 2014

Les habitants de Lyon remercient la vierge de les avoir sauvés

Les Lyonnais vouent un véritable culte à la vierge Marie. Le vœu le plus marquant remonte à 1643. Il a été formulé par les échevins de Lyon – il s’agirait aujourd’hui de conseillers municipaux – qui auraient promis à la Vierge de lui offrir, chaque année, des cierges et un écu d’or si la peste épargnait Lyon. De là est née la curieuse coutume des Illuminations : chaque habitant de Lyon et de ses environs a l’habitude de décorer ses fenêtres des lampions.

Lyon et sa fête des lumières se tenait autrefois le 8 septembre

Le 8 septembre est le jour de la Nativité de Marie et il s’agit du jour qui fut choisi pour l’offrande annuelle des échevins. Le 8 septembre a attiré de nombreux pèlerins et encore, de nos jours, les élus renouvellent à Fourvière le vœu des échevins. Une procession solennelle part de la cathédrale Saint-Jean gravit les pentes de la colline de Fourvière pour lui rendre hommage. Alors pourquoi avoir changé de date ? Le 8 septembre 1852, soit deux siècles après la consécration de Lyon à Marie, on allait inaugurer en grande pompe une statue dorée de la Vierge au sommet de Fourvière. Mais, la Saône en crue a repoussé les cérémonies au 8 décembre, jour de l’Immaculée Conception.

Lyon n’a pas toujours été considérée comme la ville lumière

Pendant longtemps, Lugdunum, nom antique de Lyon, a été traduit par “colline de la lumière” avant de comprendre que c’était en réalité la “colline de Lug”. Une référence au dieu celte des corbeaux. Selon la légende, ces oiseaux prophétiques auraient indiqué le lieu de fondation de ville de Lyon. Ils symbolisaient à la fois le lien entre les spiritualités et la terre et, en alchimie “la matière au noir” conduisant à la pierre philosophale.

Très peu d’énergie est consommée durant la fête des lumières de Lyon

La Fête des Lumières est un spectacle « éco-responsable ». Les organisateurs et sponsors aiment mettre en avant que les festivités lumineuses ne représentent pas plus d’énergie que celle brûlée durant un an par une famille occupant un logement de 120 m². Le coût de la consommation électrique de la Fête des Lumières serait de l’ordre de 3.000 à 4.000 euros, auquel il faut soustraire 1.500 euros d’économie d’énergie réalisée sur l’éclairage public souvent supprimé ou atténué pour l’occasion. Pour le coût de l’organisation, c’est une autre histoire !

La fête des lumières est souvent une galère pour les Lyonnais

C’est à partir de 1989 que la Fête des Lumières s’est métamorphosée avec des animations et des spectacles ludiques. Puis année, après année, la fête populaire à caractère religieux a attiré de plus en plus de touristes. Aussi, beaucoup de lyonnais en ont assez de ces festivités commerciales du 8 décembre et souhaitent échapper à la frénésie inventive des gens du spectacle. Car, il est impossible difficile de circuler en voiture, en métro et même à pied dans le centre ville et dans certaines communes de l’agglomération.

La fête des lumières, édition 2014, en vidéo

Categories: Blog

Leave a Reply


CommentLuv badge